A la une

374- Inflation : leur plan contre le monde du travail

… Quand c’est l’inflation et les prix chers, ce sont les plus faibles qui souffrent. Quand c’est leur soi- disant lutte contre l’inflation, c’est encore les plus faibles qui vont souffrir. C’est le capitalisme tout entier qu’il faut dénoncer…

373- Inflation : elle ne tombe pas du ciel

           ... L’inflation ! Avec un mot comme ça, on n’imagine même pas qu’on puisse chercher à comprendre ce qui se passe. L’inflation, c’est quand tous les prix se mettent à monter. Comme la mer qui monte quand la marée est haute ? Comme la pluie qui s’abat quand l’orage éclate ?

            Si on ne comprend à peu près rien lorsqu’on entend les économistes, c’est que ceux qu’on entend sont ceux qui défendent le système, et à qui le système donne la parole. Leur intérêt est de nous cacher l’essentiel : le fait que le système, l’économie capitaliste, fabrique et reproduit de l’inégalité... 

372- Grande distribution : Les nouveaux amis du peuple ?

... Entre l’image que veulent nous donner les grands groupes de la distribution, et la réalité, il y a un gouffre. Et ce gouffre, ils le payent cher. Il y a leurs publicités, qu’on voit partout. Mais on ne voit pas tout. Carrefour, par exemple, dépense 200 000 euros par an pour que des hommes à lui défendent ses intérêts auprès des députés, des sénateurs, de l’Assemblée Nationale. S’y ajoutent 300 000 euros pour d’autres lobbys en France, et 400 000 encore auprès des membres de la Commission européenne. Ils surveillent tout ce que veulent décider ceux qui font les lois, les règlements. Et c’est comme cela que, depuis des années, ils empêchent que les consommateurs comprennent facilement le contenu des produits, ou que des lois défendent vraiment les petits agriculteurs, à qui la grande distribution achète les produits le moins cher possible…

Nous écrivons pour les prolétaires, les opprimés, les pauvres, et ceux qui sans l’être se sentent de leur côté.

Nous écrivons de manière à être lus aussi par ceux à qui la société n’a pas donné les facilités de lire.

Et nous écrivons de manière que nos textes puissent être ré utilisés, par qui le souhaite, longtemps après leur parution.

 

© L'Ouvrier 2022
ON PEUT PHOTOCOPIER, FAIRE CONNAITRE, DIFFUSER L’OUVRIER
(boîtes à lettres, marchés, affichages dans les cités...)