Sauter la navigation.

ON PEUT PHOTOCOPIER,
FAIRE CONNAITRE,

DIFFUSER L’OUVRIER

(boîtes à lettres, marchés, affichages dans les cités)

Racismes

016 - Afrique du Sud : le droit de vote et l'exploitation

Numéro: 
16
9 mai 1994

Mandela président, le droit de vote donné aux Noirs : l'Afrique du Sud est maintenant, nous dit-on, sur la bonne voie. Oublié le fait que 90% des richesses sont aux mains des Blancs qui ne sont que 5 millions, à côté des 35 millions de Noirs ? Oublié que, à travail égal, le salaire d'un Noir est en moyenne 10 fois plus bas que celui d'un Blanc ? (...)

161 - Racisme : la seule communauté qui vaille, l'union des démunis

Numéro: 
161
11 septembre 2005

A entendre les gens autour de nous, personne en France n’est raciste. Et pourtant, les personnes dont le nom ou la couleur de peau indiquent une origine immigrée se retrouvent en bien plus forte proportion parmi les mal logés, les chômeurs, les pauvres. Il y a bien un racisme à l’œuvre quelque part, pour donner un tel résultat. 

165 - Colonisation et esclavage : la réalité n'est pas en noir et blanc

Numéro: 
165
8 janvier 2006

Oui, il est vrai que la traite des esclaves Noirs d’Afrique à travers l’Atlantique, de 1520 à 1867, a été organisée par des Blancs. Les horreurs de ce commerce sont à la base de la richesse de la bourgeoisie de Nantes et Bordeaux en France, de Liverpool et Bristol en Angleterre. On estime que 11 millions de captifs Noirs ont fait la traversée de l’Océan.

166 - Europe et Afrique : une histoire de classes, pas de races

Numéro: 
166
5 février 2006

Contrairement à bien des idées reçues, l’esclavage et le colonialisme n’étaient pas motivés par le racisme. Lorsque commence la traite négrière transatlantique, l’Afrique n’était pas moins puissante que l’Europe. Les rois africains et les riches Noirs commerçants d’esclaves considéraient la revente des esclaves comme une très bonne affaire.